Comment gérer l’abandon en Trail

Bienvenue dans ce nouvel article, nous allons aujourd’hui parler de l’abandon en Trail. Cela fait longtemps que je n’ai pas écris d’article et je m’en excuse, mais ne vous inquiétez pas car aujourd’hui je reviens en force avec un article sur l’abandon. Cet article participe à l’évènement inter-blogueur organisé par Mickael du blog https://couriruntrail.fr Si son blog vous intéresse et que vous voulez connaître son histoire cliquez ici ! . Je trouve son contenu intéressant et original.

Sans plus attendre, nous allons parler de l’abandon en Trail. Smile

L’abandon en Trail, mon histoire

J’ai commencé à courir mes premiers Trails en 2017 alors que je pratiquais déjà le Trail depuis 2015-2016. Lorsque j’ai commencé, j’ai trouvé les courses particulièrement épuisantes physiquement mais aussi psychologiquement. Je n’étais pas mauvais et j’aimais repousser mes limites toujours plus loin. C’est une bonne chose en soi, mais je n’ai pas fait attention au surentraînement et je suis tombé malade 3-4 jours avant un Trail.

Je pensais que j’allais être guéri pour cette course. Lorsque j’ai pris le départ j’étais persuadé d’être guéri et en pleine forme, mais…non. J’ai craché mes poumons dès les 3 premiers km. Je n’avançais plus et je n’arrivais plus à courir. J’ai compris que ça allait être la fin lorsque je n’arrivais plus à respirer. Je pouvais respirer 1/3 de ce que je respire d’habitude.

J’ai donc décidé de m’arrêter là, j’ai abandonné. Evidemment sur le coups j’était triste et je pensais à plein de chose. Comme “est-ce que toutes les prochaines courses vont être comme celle-là ?” C’est deux jours après que je me suis posé la question, qu’est ce que j’aurais pu faire ? Je n’ai pas trouvé de meilleure réponse que : “Ne pas participer à cette course”

Ce que j’en ai retiré : J’étais malade et j’ai quand même voulu courir, c’est inutile car je savais que je n’allais pas être en forme et que je pouvais aggraver mon état. Enfin bref, j’aurais mieux fait de rester à la maison Open-mouthed smile(en plus ça embête l’organisation de la course). Qu’est-ce qu’il faut en retirer ? Je pense qu’il ne faut pas s’engager sur une course si vous savez qu’elle va mal se passer, même si c’est une course que vous convoitée depuis des années. Si vous n’avez pas fait une bonne préparation, n’allez pas plus loin. Winking smile

l'abandon en Trail

Qu’est-ce qui nous fait abandonner ?

Un abandon peut être dû à plusieurs facteurs : un manque de préparation, une blessure ou une grosse grosse grosse fatigue.

Nous ne pouvons pas supprimer tous ces facteurs mais nous pouvons les anticiper et faire en sorte de réduire le risque d’abandon. Pour cela il y a des techniques que je vais vous partager maintenant.  Que ce soit dans la préparation (ici pas de secret), ou prévoir et prévenir une blessure ou encore gérer la grosse fatigue, il y a des méthodes (non miracle) mais qui peuvent faire une différence.

La préparation pour éviter l’abandon en Trail

Voici l’étape la plus importante, pour mettre toutes ces chances de son côté et éviter l’abandon. Effectivement, il y a toujours des facteurs extérieurs qui peuvent vous faire abandonner même si vous avez eu une parfaite préparation des années auparavant.

Comment bien se préparer pour éviter l’abandon en Trail ?

Cela va dépendre de votre objectif, si vous visez une course de 10 km, vous avez besoin au minimum de 3 mois quelque soit votre état de forme. Bien sur si vous cherchez à faire une performance c’est différent, ici je vous parle juste de finir la course en bonne condition.

Par contre si votre objectif est de participer à un ultra-Trail votre préparation sera au minimum de 3 ans, quelque soit votre état de forme(Au minimum).

Bien sur il faudra intégrer l’alimentation à votre préparation, le renforcement musculaire, tous les types d’entraînements (fractionné etc.)  je ne vais pas vous parler de tout ça en détails puisque j’en parle déjà dans beaucoup d’autres articles sur ce blog. Mais vous l’aurez compris, avant de s’engager sur une course, il faut être sur d’avoir une bonne préparation pour mettre toutes les chances de son côté.

Comment réagir face à une blessure

Avant tout,pour prévenir une blessure de type entorse ou musculaire, je vous conseille de faire de la proprioception, qui offre de grands bénéfices au corps. Maintenant vous ne pouvez pas prévoir une chute, ou une blessure tel qu’une tendinite… Ce sera dans ces moments là qu’il va falloir rester humble et accepter l’abandon, car ce sont des facteurs contre lesquelles nous ne pouvons rien faire et il faut l’accepter.

Comment réagir face à une grosse fatigue

Lors d’une course, surtout en ultra, vous passez par différents états, bien ou moins bien. Il arrive souvent d’être démotivé et vouloir arrêté parce que le mentale n’est pas là ou que vous avez la flemme de vous taper encore toute cette distance. Pour que vous passiez de cet état à l’état de motivation ultime et de vouloir finir la course avant tout, voici une technique que j’utilise moi même lorsque j’en ai marre et que je me dis que j’aurais dû m’inscrire dans un club de golf.

Je commence par me rappeler mes objectifs, le pourquoi je fais ça et pourquoi je suis là. J’essaye de me dire que ce sont dans les moments les plus dures que l’on progresse. Après cela, je pense à des bons moments que j’ai vécu en course ou en entraînement ou même dans la vie de tous les jours. J’essaie d’identifier ces moments et de les représenter sur une personne, un mot, une situation ou une image. Cela dépend de ce qui vous impacte le plus, pour ma part je préfère penser à des personnes, ceux qui me motive.

Mais pour vous si c’est une image, un mot ou une situation cela marche aussi. Une fois que vous avez trouvé cette identification, gardez la dans un coin de votre tête. Maintenant, à chaque fois que vous en aurez marre, que l’abandon sera présent dans votre cerveau, souvenez vous de cette identification et repassez la en boucle dans votre tête jusqu’à ce que vous soyez convaincu de continuer. Bien-sûr, ne faites pas cela si vous avez une grosse blessure, restez humble et sachez abandonner au bon moment.Que ce soit en course ou en entraînement, cette technique marche à 100 % sur moi. Je vous invite à l’essayer et me dire en commentaire si elle vous a apporter quelque chose.

Comment l’abandon en Trail peut nous faire progresser

Je finirais cet article en vous disant que l’abandon n’est pas forcement mauvais, il vous permet de remettre les pieds sur terre. Il permet aussi de vous faire réfléchir et en apprendre plus sur vous et votre corps. Il ne faut pas juger quelqu’un qui abandonne, parce qu’il y a tellement de facteurs, qu’on ne peut pas savoir ce qu’il se passe dans sa tête.

 

Merci d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à me partager votre histoire ou expérience  si vous avez vécu l’abandon en Trail dans les commentaires, n’oubliez pas qu’il faut avant tout se faire plaisir et profiter de la montagne. A bientôt Winking smile

Retrouvez moi
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Une pensée sur “Comment gérer l’abandon en Trail”

  1. Très bonne technique la visualisation positive. Une grande part se joue sur le mental.
    Un truc auquel il faut faire attention aussi sur les longues distances, c’est de se reposer un bon moment avant de rendre son dossard. Des fois la forme ou le mental revient après une pause et cela permet de finir quand même.
    Par contre une fois j’avais des douleurs digestives persistantes qui m’ont obligé à abandonner et là je m’en suis voulu de ne pas avoir fait un peu de gainage ou abdos pendant ma préparation. Je pense que ça aide même si ça ne résous pas tout.
    Merci pour cet humble partage d’expérience de jeune sportif.
    Et comme tu dis le principal c’est de prendre du plaisir !!!

    Rémi le bouflon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *